Mon top 5 des plantes ayurvédiques

déités hindoues plantes bougie ayurveda ayurvédiques

On commence à bien connaître l’Ayurveda en France. Cette médecine traditionnelle indienne millénaire a pourtant encore beaucoup à nous apprendre. Le plus difficile, pour nous qui avons été élevés avec un raisonnement de médecine allopathique, est de comprendre que l’Ayurveda fonctionne différemment. Déjà, la physiologie du corps humain qu’elle propose est différente : on parle ici de doshas (types ayurvédiques), de sous-doshas (qui ont chacun une action bien spécifique dans le corps), de dathus (différents tissus corporels), de gunas (qualités), etc. Ainsi chaque individu est considéré comme un être unique et on ne traitera personne exactement de la même façon.
Note de Jordy : Ceci est un article invité écrit par Pauline du blog Aroma, Ayurvéda & Yoga que je remercie chaleureusement pour son travail et ses partages sur les plantes ayurvédiques ! C’est donc elle qui s’exprime dans cet article 🙂

Mon expérience en Inde

J’ai eu la chance de faire des stages en cliniques ayurvédiques en Inde pour parfaire mes études d’Ayurveda. J’ai aussi eu l’opportunité de vivre plus de 3 ans en Inde et cela m’a donné une bien meilleure perception de la culture et de la philosophie indiennes. Pour bien comprendre un système de santé, il faut souvent aussi se pencher sur la culture sous-jacente qui l’a vu naître. Un peu comme quand on apprend une langue étrangère : sans s’intéresser également à la culture et à l’histoire du pays, on aura bien du mal à en saisir les nuances et à vraiment progresser.

L’importance de l’alimentation et du mode de vie

Il y a beaucoup de plantes ayurvédiques très intéressantes – sans parler des épices. Néanmoins, j’ai fait un choix de 5 plantes qui sont celles que j’ai vu être les plus utilisées dans ma pratique clinique en Inde.

Je tiens cependant à préciser que la base fondamentale de l’Ayurveda reste tout de même l’alimentation et le mode de vie adaptés à sa constitution. Les plantes ne sont là que pour renforcer un régime alimentaire et des habitudes que l’on met en place. C’est un coup de pouce (bien utile et bien efficace, certes). Un vrai docteur / praticien ayurvédique ne donnera jamais de cachets ou poudres de plantes sans avoir au préalable pris le temps d’étudier tout ce qui se rapporte à votre alimentation / digestion et vos habitudes de vie. Nous ne sommes pas ici dans une logique de médecine allopathique où de simples cachets vont vous permettre d’ “aller mieux”. Il faut vraiment que le patient s’implique dans son processus de guérison et fasse l’effort d’instaurer une meilleure hygiène de vie.

Voici donc les 5 plantes qu’il faut absolument connaître en Ayurveda :

L’Ashwagandha (Withania Somnifera).

Ashawagandha odeur force cheval plantes ayurvédiques médicinales

Son nom signifie littéralement “l’odeur du cheval”. L’explication que l’on trouve dans les livres dit que c’est en raison de l’odeur de sa racine qui sentirait comme le cheval. Cependant, j’ai beaucoup entendu de mon professeur indien que le nom signifierait aussi qu’il donne la force du cheval, en rapport avec ses qualités aphrodisiaques. 🙂 Attention, “aphrodisiaque” en Ayurveda ne signifie pas qu’il va pouvoir remplacer le Viagra ! Cela signifie que cette plante a une action nourrissante sur shukra : le dathu (tissu) des organes reproducteurs. Ainsi, il sera conseillé pour tous les problèmes d’infertilité.

En Occident, on connait l’Ashwagandha comme une plante adaptogène : c’est-à-dire qu’elle permet de contrer les effets du stress, mais elle peut aussi booster l’organisme selon les besoins de celui-ci. En Ayurveda, on n’exprime pas ses propriétés de la même façon. Déjà, on dit de cette plante que c’est un grand rasayana (elle nourrit tous les tissus – dathus – de l’organisme). Ce qui la rend très utile pour renforcer l’organisme, que ce soit en cas de fatigue, faiblesse musculaire ou anémie.

Ensuite, on exprime ses qualités comme étant amère, astringente et chaude. Ce qui lui confère un pouvoir équilibrant sur les doshas Vata et Kapha. Pour faire des raccourcis très simplifiés : en équilibrant Vata, l’Ashwagandha apaise le stress (qui est l’une des manifestation d’un déséquilibre Vata) et, en équilibrant Kapha, il permet de booster l’énergie (la paresse et la léthargie étant des signes de déséquilibre Kapha). Ainsi l’Ashwagandha est en effet une plante adaptogène.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Remèdes naturels pour peau sèche et gommage du corps

Le Shatavari (Asparagus Racemosus).

Shatavari plantes ayurvédiques médicinales

Son nom signifie “celle qui a 100 maris” (d’autres versions disent “100 racines”). Après avoir vu un aphrodisiaque que l’on associe plus couramment aux hommes, voici la plante qui va améliorer la vie sexuelle des femmes ! Encore une fois, dire que c’est un aphrodisiaque signifie surtout qu’elle va nourrir le tissu reproductif féminin (artava).

C’est donc une plante qui va, en fait, pouvoir accompagner la femme tout au long de sa vie : depuis le début de ses menstruations jusqu’à la ménopause. Elle régule le cycle féminin quand il est irrégulier, absent, douloureux, trop abondant, etc. On la prend également en vue d’une grossesse pour une meilleure ovulation. Puis, en Inde, on dit bien que la femme enceinte doit se nourrir de ghee (beurre clarifié) et de Shatavari. On trouve d’ailleurs directement des ghees médicalisés au Shatavari. Ensuite, après la naissance, le Shatavari permettra aussi une bonne production de lait pour l’allaitement.

En Ayurveda, ses propriétés sont : douce, amère et froide. Elle équilibre Vata et Pitta. Son action sur Pitta aide d’ailleurs aussi dans les problèmes d’acidité gastrique, d’hémorroïde, problèmes oculaires et problèmes cardiaques (entre autres).

L’Amalaki (Emblica Officinalis).

Amalaki amla plantes ayurvédiques médicinales

Il s’agit d’un fruit, en fait, que l’on trouve très couramment en Inde sous le nom d’Amla. C’est une source exceptionnelle de vitamine C : on dit qu’il en contient 20 fois plus qu’une orange. C’est d’ailleurs un fruit qui ne pourrit pas. Il ne s’oxyde pas. On comprend bien que ses qualités anti-oxydantes sont très recherchées dans un monde où l’on cherche de plus en plus à ralentir le vieillissement (donc l’oxydation) de l’organisme humain !

Concrètement, que dit l’Ayurveda de l’Amalaki ? Ce fruit est doux, acide, amer, astringent et épicé. Il a en fait tous les goûts (rasas) décrits en Ayurveda, sauf la saveur salée. Il est de qualité froide. L’Amalaki va équilibrer les 3 doshas : Vata, Pitta et Kapha. Il a donc un grand pouvoir régénérant : c’est un rasayana.

Le Chyavanprash

D’ailleurs, c’est l’ingrédient principal du Chyavanprash. Le Chyavanprash est une sorte de confiture ayurvédique à base de ghee et de miel dans laquelle on trouve de l’Amalaki ainsi qu’une liste très longue d’autres plantes et épices indiennes. En Inde, on en trouve dans toutes les épiceries de quartier, ainsi que dans les pharmacies et cliniques ayurvédiques. Différentes marques produisent différentes qualités de ce produit (avec des proportions d’ingrédients qui peuvent varier). Dans mon expérience, les Indiens le prennent principalement en hiver (une cuillère à café chaque matin pour l’immunité de l’organisme) ou bien lors d’une convalescence. On en donne aussi régulièrement aux enfants pour leur assurer une bonne croissance. Attention, il s’agit d’un produit très calorique et lourd à digérer : il ne s’agit pas d’en faire des excès non plus !

Le Triphala

L’Amalaki est aussi l’un des constituants d’un autre remède ayurvédique très connu : le Triphala. Le Triphala est l’association de 3 fruits : l’Amalaki, l’Haritaki et le Bibhitaki. Il s’agit d’une poudre que l’on prend pour faciliter le transit et purifier l’appareil digestif. Quand on sait combien une bonne digestion est la clé d’une bonne santé en Ayurveda, on comprend que ce remède soit largement consommé ! Il est souvent conseillé d’en faire une cure aux changements de saison.

On trouve l’Amla facilement chez les marchands de fruits indiens. Cependant, il se déguste rarement tel quel car il est bien trop acide ! Il est souvent transformé à la maison. On peut aussi trouver dans le commerce des morceaux confits que l’on déguste comme des friandises.

Le Brahmi (Bacopa Monnieri).

C’est la plante pour améliorer l’intellect ! On la confond souvent avec la Centella Asiatica qui a des propriétés similaires, mais qui est plus sédative. Le Brahmi intéresse beaucoup les chercheurs occidentaux et certaines études ont prouvé ses effets sur les capacités intellectuelles (apprentissage, mémoire, etc.). En Inde, c’est depuis longtemps la plante de référence pour tous les étudiants ! Traditionnellement, on peut juste la mâcher directement. De nos jours, elle est surtout prise sous forme de poudre que l’on mixe avec du miel. En Ayurveda, le miel est considéré comme une substance dite yogavahi : c’est-à-dire qu’elle renforce les qualités de la substance avec laquelle on l’associe. Elle agit comme un catalyseur.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Contre-indications & Interactions médicamenteuses avec les plantes

Mais que dit exactement l’Ayurveda du Brahmi ? Il s’agit d’une plante douce, acide, salée, amère, piquante et astringente. Elle a une qualité froide. Elle équilibre les 3 doshas, même si l’on dit qu’elle a une action très puissante sur Vata et Pitta principalement. C’est une plante régénérante (rasayana). En pratique clinique, on va la donner pour tous les problèmes de perte de mémoire : que ce soit à la suite d’un accident, d’une opération – ou bien tout simplement due à la vieillesse. Prise régulièrement, de préférence tôt le matin à jeun, elle permet une amélioration notable de la mémoire, ainsi que de la vitesse de compréhension et de raisonnement.

Tulsi basilic sacré plantes ayurvédiques médicinales

Le Tulasi (Ocimum Sanctum).

On connait plus souvent cette plante sous le nom de Tulsi. A la base, le Tulasi vient de la transformation de la déesse Vrinda en plante, par amour du Dieu hindou Vishnu : elle deviendra donc Tulasi Devi (Devi signifie déesse).

C’est la raison pour laquelle cette plante est beaucoup utilisée dans les rituels religieux hindous. De façon générale, tous les Indiens cherchent à avoir du Tulasi à l’entrée de leur maison car on dit qu’elle est une bénédiction et une protection pour la maisonnée et ses occupants. Son nom occidental de Basilic Sacré est donc bien justifié !

Comment utilise-t-on le Tulasi en Ayurveda ? Elle est piquante et amère. Sa qualité est chaude. Elle équilibre Vata et Kapha, mais elle aggrave Pitta.

Il s’agit aussi d’une plante adaptogène, comme on la nomme dans notre littérature occidentale. En tant que telle, elle est anti-stress et apaise le mental.

Pour cette raison, on l’utilise beaucoup pour la méditation. Les yogis boivent régulièrement des tisanes de Tulasi.

Ces tisanes se vendent aussi maintenant dans toutes les épiceries de quartier en Inde.

Il faut néanmoins se méfier de consommer cette plante à outrance quand on a une forte proportion de Pitta dans sa constitution.

Une alliée du système respiratoire

L’autre usage principal du Tulasi en Inde est pour lutter contre les problèmes respiratoires. C’est en effet une plante excellente en soutien au système respiratoire. On la prescrit alors en cas de toux, d’asthme, de problèmes pulmonaires, de rhinite, de sinusite, de bronchite, de pneumonie, etc. En Ayurveda, les désordres du système respiratoire sont principalement dus à un déséquilibre de Kapha. De par ses qualités (piquante, amère et chaude), le Tulasi est ainsi une alliée de choix pour lutter contre un excès de Kapha dans l’organisme. Pour cela, on l’associe aussi souvent au Pippali (poivre long) dans des décoctions.

En conclusion

J’espère que vous aurez trouvé instructif ce rapide tour des plantes ayurvédiques que j’ai eu l’occasion d’utiliser le plus souvent en clinique ayurvédique. En tout cas, il est important de rappeler que, tout comme en médecine allopathique, l’auto-médication a ses limites en Ayurveda également. Il est toujours préférable de consulter un médecin ou un praticien ayurvédique qualifié afin de connaître sa prakriti (constitution de naissance) et sa vikriti (déséquilibre). Sans cela, il peut être risqué de prendre en excès certaines plantes qui ne conviennent pas à sa constitution.

Quels fournisseurs ?

En ce qui concerne l’approvisionnement en plantes ayurvédiques : on peut maintenant en trouver assez facilement en herboristerie, puisque beaucoup sont cultivables chez nous. Je pense qu’il est donc préférable de privilégier les circuits courts (garants d’une meilleure traçabilité et qualité thérapeutique). Cependant, Je peux aussi vous recommander 2 marques en qui j’ai confiance :

  • La marque française Ayurvana qui analyse les plantes de ses fournisseurs indiens en France et leur obtient la certification AB en toute transparence.
  • La marque indo-américaine Organic India qui fait certifier ses produits biologiques par des organismes indiens, américains et européens.

Et vous, prenez-vous des plantes ayurvédiques ? Lesquelles fonctionnent le mieux pour vous ?

PS (Jordy) : Je vous ai déjà parlé de certaines plantes ayurvédiques dans mes articles :

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE ?

Votez !

(1 votes, moyenne : 5 / 5)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •